Category: Culture tchèque

Chaque pragois ou touriste à Prague a déjà croisé une des oeuvres de David Cerny, un des artistes les plus en vue de la République Tchèque.  Je vous en parlais dans mon article sur les sculptures du Théâtre National.  En voici un petit aperçu 🙂

sculpture-david-cerny-narodni-divadlo.jpg

 

Le tank rose

Né en 1967, il a commencé sa carrière en peignant le tank qui siègeait devant le Palais de Justice en rose pour impressionner une fille.  Ca n’a finalement pas marché avec la demoiselle mais l’a fait connaitre.  Les autorités ont repeint le tank avant que les contestataires du moment recommencent de nuit à tourner en dérision un monument mal accepté (le tank devait célébrer la libération de Prague par les russes lors de la seconde guerre mondiale mais rappelait plus aux tchèques les évènements de 68). David devenait trendy.

tank-peint-rose-david-cerny.jpg

 

Entropa, la blague qui n’a pas fait sourire Bruxelles

Lors de la dernière présidence tchèque de l’Europe, David avait pour mission de sculpter une oeuvre qui marquerait le passage à la gouvernance de la République Tchèque.  Il a feint de contacter des artistes de chaque pays membre pour représenter leur culture.  

Au lieu de ca, il a facturé très cher (elle vient d’être racheté par un musée de Brno à plus de 10 millions de couronnes) une oeuvre où la France était par exemple couverte d’un drapeau “en grève”.  Autant dire que nos représentants bruxellois n’étaient pas enchantés.

entropa-statue-critique-europe.jpg

 

Venceslas à cheval retourné

Une autre oeuvre que vous pouvez apercevoir au dessus de vos têtes dans le passage Lucerna, une statue de mousse, copie de Wenceslas qui siège en haut de la place Venceslas.  Relisez mon article sur Venceslas pour mieux situer l’autocritique que David inflige aux tchèques.  

david-cerny-wenceslas.jpg

 

Les Bébés noirs qui montaient sur la tour de la Télé

Vous ne pouvez pas avoir raté cette immense tour de la télé à Prague, celle qui trône sur le haut de Zizkov comme une fusée soviètique à Cuba.  David avait collé des statues de bébé noires et sans visages.  Depuis, certains de ces bébés se sont répandus dans la ville entière.  Vous en retrouvez 3 dans le parc de Kampa par exemple.

bebe-noir-david-cerny.jpg

 

Les statues pissant sur la Tchécoslovaquie

La encore, assez croustillant, vous trouverez devant le musée Kafka de Kampa une double statue pissant sur Prague et Bratislava.  Si vous envoyez un sms, les statues décriront votre nom.  Je ne retrouve malheureusement pas le numéro 🙁    

musee-kafka-david-cerny.jpg

 

Si vous voulez l’apercevoir, il traine très souvent avec le candidat malheureux à la présidentielle: Karel Schwarzenberg dans le bar du Moulin, dans le parc de Kampa.  Il a aussi lancé un complexe artistique au sud d’Andel, le Meet Factory (ancienne boucherie industrielle reconvertie) et hébergeant des concerts et expos sympas, toujours un peu décallés.

david-cerny-double-deck-autobus.jpg

Tom, expat pragois

Il n’y a pas à dire, le cinéma tchèque est bon.  D’ailleurs il se rapproche pas mal du cinéma français avec des tranches de vie, des comédies cyniques et même quelques bons films d’actions.

Recommandez aussi vos films tchèques préférés en commentaire!

J’en ai déjà vu pas mal et voici une petite sélection de “must see”.  J’essaie de traduire les titres litéralement.  Désolé d’avance aux traducteurs puritains pour les erreurs.

Pelisky, comédie dramatique de Jan Hrebejk avec l’excellent Bolek Polivka (1999) sur les relations entre voisins dans les années 1967-1968.film-tcheque-pelisky-avec-polivka.jpg

cesky sen (2004) “le rêve tchèque” un documentaire incroyable d’étudiants qui critique l’aspect documentaire-marketing-tcheque.jpgmatérialistique des tchèques.  Le réalisateur crée un faux supermarché avec un marketing poussé sur les prix.  Les premiers clients se ruent à l’ouverture avant de découvrir la supercherie.

Stesti (2005) “Bonheur” une comédie dramatique sur la vie difficile de jeunes sans argent avec la très bonne actrive Tatiana Vilhelmova et le blasé Pavel Liska.stesti-comedie-dramatique-tcheque.jpg

Musime se pomahat (2000), “nous devons nous aider” autre comédie avec Bolek Polivka sur des tchèques pas mal intentionnés qui sont obligés de cacher un juif pendant la seconde Guerre Mondiale.

film-tcheque-musime-se-pomahat.jpg

Vratne lahve (2006) “la consigne de bouteilles” avec un autre monstre du cinéma tchèque zdenek Sverak (honnetement, tous ses films sont bons).  Un prof presquevratne-lahve-film-zdenek-sverak.jpg à la retraite et légèrement pervers décide de changer de vie et prend un travail au supermarché à la consigne de bouteilles vides (les tchèques avec leur consommation de bières font bien de recycler).

Roman pro zeny (2004) “Roman pour femmes” comédie légère sur les rencontres d’une fille et de sa mère.  Je n’ai pas encore vu la suite Roman pro muzi “Roman pour hommes”.

roman-pro-zeny-comedie-film-tchequie.jpg

Obsluhoval jsem anglickeho krale (2006) “J’ai servi le roi d’Angleterre” comédie ou un homme petit revie ses mémoires.

Dedictvi aneb Kurva hosi guten tag (1992) “Héritage ou Allez vous faire voir les gars Guten tag”, qui raconte l’histoire d’un bourrain (buran) un peu voleur.

kurva-hosi-guten-tag-comedie-tcheque.jpg

Bobule (2008) et Bobule 2 (2009) “baies” en référence aux raisin morave qui sert à faire de très bons vins blancs.  L’histoire d’un jeune criminel qui quitte Prague en cavale pour se réfugier en campagne en Moravie.  Ca donne une petite idée du clivage Bohème / Moravie.

bobule-comedie-moravie-vins.jpg

Samotari (2000) “Les esseulés” avec Jiri Machacek, un des meilleurs comédiens tchèques et chanteur du groupe MIG21.  Des jeunes passent leur temps à glandouiller en fumant des joints.

samotari-esseules-comedie-join-marihuana.jpg

Muzi v nadeji (2011) “hommes dans l’expectative” avec un beau duo du désabusé Jiri Machacek et du vieillissant Bolek Polivka en pleine histoire d’adultères.

muzi-v-nadeji-hommes-esperance-expectative-film-comedie.jpg

Bon, ca fait beaucoup de comédies.  Je reposterai sur des films plus sérieux.  En attendant, n’hésitez pas à partager vos découvertes.

Thomas Bordier+

Je vous reviens aujourd’hui avec une recommandation de lecture, un livre de Marek Halter qui participait il y’ a quelques semaines à l’émission RTL sur Prague.  Curieux, je me suis acheté ce roman de 282 pages revisitant la légende pragoise à travers les yeux de David Gans, rabbi proche du Haut Rabbi le “MaHaRal” et créateur du Golem.  
rabbin-lion-prague-createur-golem.jpg
L’histoire commence avec la vie du ghetto de Prague et les persécutions régulières auxquelles font face la communauté juive.  L’approche un peu naïve et mystique du héros, l’humble “oie” (traduction de Gans qui aurait encore sa tombe dans le cimetière juif de Prague) se transforme rapidement en une épopée à travers l’Europe entière et une histoire d’amour difficile avec la petite fille du MaHaral, Eva.  
golem-loew-createur.jpg
L’histoire s’accélère avec le lynchage d’un marchand juif, époux d’Eva qui fait craindre au ghetto d’autres massacres.   Toute la ville juive supplie alors son Haut Rabbin de créer un golem pour la défendre.  Le Haut Rabbin accepte à contrecoeur et donne vie à un être de glaise tirée de la Vltava et lui inscrit le mot “Emet” (Vérité en hébreu).  
 
Rapidement, le golem devient une bête de foire qui, malheureux, se rebelle contre ses moqueurs et ai renvoyé à son état d’origine par le Rabbin qui en efface la lettre “e” pour ne laisser que le mot “met”: mort. 
 
Je vous le recommande chaudement car il se lit facilement, est écrit avec gout et peint un portrait vivant de la ville de l’époque. 
Marek-Halter-auteur-kabbaliste-prague.jpgAuteur Marek Halter (1936), polonais et militant pour les droits de l’homme et la paix.
 
Source:  Le Kabbaliste de Prague (Editions J’ai Lu, 2010)
 
Et pour finir un petit extrait du film “Císařův pekař a pekařův císař” (Le boulanger de l’Empereur) qui a marqué visiblement l’enfance des tchèques et crée la représentation la plus commune du Golem:
golem-prague-representation-boulanger-empereur.jpg

 

Thomas Bordier+

Mon frere m’a récemment offert un roman sur l’opération “Anthropoide” ou l’assassinat du haut dignataire nazi Heydrich, le pere de la Solution Finale et véritable visage du Nazisme par la résistance tcheque.

Reinhard Heydrich

Je tenais a en parler parceque ce livre m’a particulierement touché de par la démarche de l’auteur, véritable passionné de Prague et féru d’histoire. Il se livre en effet a une véritable enquete moderne qui donne vie a une tranche sombre de l histoire de la République Tcheque et plus généralement de la Tchécoslovaquie.

HHhH-Laurent-Binet.jpg

On pourrait penser a une nouvelle biographie (d’Heydrich ou de Gabcik et Kubis, ses assassins, parfois dur a dire puisque l’auteur reconnait etre horrifié mais impressionné par ce monstre qu’était la “tete blonde, le Bourreau de Prague”) mais Laurent Binet mele sa propre histoire a l’Histoire.  Il veut a tout prix éviter de fabuler ou faire parler inutilement ses héros et de distordre les faits ou tromper son lecteur.  Il finit par souffrir de ses propres convictions opposant sa qualité de romancier a sa passion de la vérité historique et sombre progressivement dans une folie douce, omnibulé par sa propre oeuvre.

Je vous recommande donc chaudement ce roman qui se dévore sans effort. D’ailleurs, petite cerise sur le gateau, Laurent Binet a recu le prix Goncourt.  Ca devrait convaincre les sceptiques ou ceux qui n’aiment pas les romans historiques.  

Merci Crom!

Voici quelques liens interessants:
– sur Heydrich, merci Wikipedia 🙂 http://fr.wikipedia.org/wiki/Heydrich
– la revue par mon frere du livre: http://marcbordier.vox.com/library/post/hhhh-laurent-binet.html 

N.B.: Que veut dire ce titre étrange: HHhH?
Himmlers Hirn heißt Heydrich dont la traduction serait “Le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich”.