Category: Cuisine tchèque

La bière bud : Origines et réalités d’un conflit commercial

Budweiser-versus-BudvarL’histoire du brassage de la bière en République Tchèque remonte au 13e siècle quand ce pays était alors le Royaume de Bohème. La brasserie tchèque avait donné le nom de «Budweiser» à la bière qu’elle fabriquait. Et c’est cette appellation qui est restée en vigueur jusqu’à ce jour. Après avoir conquis les marchés américains et canadiens en 1875, cette bière va susciter les convoitises de l’entreprise américaine Anheuser-Busch. Et c’est seulement en 1876, que la brasserie américaine Anheuser-Busch s’est lancée dans la fabrication de sa bière qu’elle a également désignée sous le nom «Budweiser». Voici les racines d’un conflit commercial qui va réellement éclater à partir des années 1880.

Différend commercial entre l’américain Budweiser (Anheuser-Busch) et le tchèque Budweiser Budvar

Budweiser-BudvarLe fait que la même bière était commercialisée sous un nom similaire a posé des problèmes dans plusieurs marchés en Europe et en Amérique. C’est de là que vient la bataille entre la brasserie américaine appartenant au groupe belge AB InBev et la brasserie native de la République Tchèque. En 1907, les deux brasseurs se sont accordés sur le fait que l’américain Anheuser-Busch avait le droit de commercialiser sa bière sous le nom Budweiser uniquement en Amérique du Nord, tandis que les marchés en Europe devraient être réservés au à l’entreprise tchèque. Mais dans la pratique, la brasserie américaine Anheuser-Busch est autorisée à vendre sa bière sous l’appellation de «Anheuser-Busch B» en Suisse, Autriche et Allemagne, là ou la brasserie tchèque le fait sous le nom d’origine de la bière. Par contre, en France et dans les autres pays européens, l’américaine ne peut commercialiser cette bière que sous le nom « Bud ». C’est seulement en Irlande et au Royume-Uni que les deux brasseurs ont le droit de vendre leur bière respective sous la même enseigne «Budweiser». En somme, à la date de janvier 2013, la brasserie Budweiser Budvar a gagné 89 de ses 124 procès avec l’américaine Anheuser-Busch et huit se sont soldé par une conciliation.

Bonnes fêtes de pâques!

Et pour l’occasion, voici une recette de pâtisserie tchèque, les “kolač”.

pâtisseries  tcheques kolaches

Les tchèques sont de vrais gastronomes. Leurs pâtisseries, notamment les Kolaches, sont célèbres dans tous les continents. Elles se dégustent au petit-déjeuner, durant la pause-café ou comme encas gourmand pour toute la famille. Suivez le guide pour découvrir les secrets de ces délices irrésistibles.

Les ingrédients qu’il vous faut

  • 30 cl de lait (tiède de préférence)
  • 10g de levure de boulanger
  • 100g de sucre en poudre
  • 1 c. à soupe de sel
  • 2 œufs entiers + 2 jaunes
  • 1/2kg de farine
  • 175g de votre confiture préférée
  • Sucre glace pour la déco (facultatif)

Réalisation

– Difficulté : Facile
– Temps de préparation : 2h
– Temps de cuisson : 15 à 20mn

Les étapes de la préparation

kolacky cuisine tchequeDans un saladier, délayez la levure avec le lait. Ajoutez les autres ingrédients, sauf la confiture, et remuez jusqu’à obtention d’une pâte homogène.

Huilez un autre saladier et déposez-y la pâte en la retournant dans tous les sens pour bien l’enduire. Couvrez la pâte et mettez-la dans un endroit chaud pendant 1h pour qu’elle lève correctement (vous verrez qu’elle doublera de volume).

Formez des petites boules de pâte en vous aidant d’une cuillère. Enduisez-les de beurre fondu avant de les placer sur une plaque. Couvrez encore une fois jusqu’à ce que vos futurs Kolaches doublent de volume.

Pour la formation proprement dite des Kolaches, il existe deux méthodes :

  1. Aplatissez les boules et formez un creux au centre pour y déposer une bonne dose de confiture. Reformez vos boules en les refermant avec grand soin.
  2. Transformez vos boules en carrés en les aplatissant, puis faites un creux au centre à l’aide de votre pouce. C’est le moment d’utiliser votre confiture. Remplissez le creux et fermez les extrémités. Vous avez le choix entre former une petite enveloppe ou fermer uniquement deux coins de votre carré. Laissez reposer encore un peu pour que la pâte lève à nouveau.

Préchauffez le four à 190°C (th.6 ou 7) et enfournez vos Kolaches. Ils prendront une jolie couleur dorée au bout de 15 à 20mn.

Si vous souhaitez les décorer, badigeonnez vos Kolaches de beurre fondu dès leur sortie du four et saupoudrez légèrement (ou généreusement, selon vos envies gourmandes) de sucre glace. Si vous avez des enfants, ils apprécieront certainement les vermicelles sur les Kolaches en forme de boules.

Servez chaud, tiède ou froid et bonne dégustation !
Notez que cette recette pourra régaler 4 à 8 personnes.

cuisine tcheque kolaches

 

Zabijacka tradition tchèque

Attention, âmes sensibles et végétariens s’abstenir (désolé d’avance à Maruska), voici une tradition qui peut secouer nos habitudes de petits français.  J’ai été ce week end assister à une tradition tchèque pure et dure, la “Zabijačka” ou comment tuer le cochon et en faire des dizaines de plats tchèques.

Une tradition tchèque de la campagne

Pour l’occasion, il faut beaucoup de place d’immenses planches à découper la viande et des grandes casseroles.  Bref, c’est impossible à faire dans un appartement.  Je ne vous parle d’ailleurs même pas de l’odeur persistante qui subsiste après avoir cuisiné 100 kgs de viande de porc.  C’est donc souvent dans la maison secondaire qu’on officie.

Je ne m’attarderai pas sur la mise à mort car j’ai trouvé ça un peu difficile à soutenir.  Je peux juste dire que le cochon est bien tué sur le coup sans souffrir plus que nécessaire.

pieces-viande-cochon-porc.jpgEnsuite, il faut le pendre, le découper et en récupérer le sang.  Tout ca, c’est un boucher professionnel qui est invité pour l’occasion.  Il mets de coté tous les intestins et autres abats.  Ne vous inquietez pas, rien ne sera perdu pendant la zabijacka.  Après tout, dans le “cochon tout est bon”.

 

C’est du bon cochon

Là, tout le monde se met à découper les morceaux les plus gras.  Toute la viande non noble est découpée en morceaux pour faire ce que les tchèques appellent un goulasch de zabijacka.  On découpe des dizaines d’oignons, ajoute les morceaux épicés et le tout au four pour que cela mijote.

Ensuite, tous les abats (coeur et poumons inclus) et on fait bouillir le tout pour en faire un bouillon.  Le foie haché sert à faire des “jatrové knedličky” qui sont ajoutés à la soupe.

recette-tcheque-typique-zabijacka-prejt-copie-1.jpgTous les élements du bouillon sont ensuite aussi hachés et mélangés à plein d’épice et des oignons pour en faire du “prejt”, une chair qui peut servir aussi à faire des saucisses.

Honnêtement, depuis l’expérience, j’hésite à manger des saucisses “jiternice” et autres boudins.

sadlo-pate-tcheque-gras-porc.jpg

Le gras est lui aussi soit frit soit fondu pour en faire du “sadlo” remplie de “škvarky” qui se mange comme du pâté sur du pain et un lit d’oignons.

Finalement, les meilleurs morceaux sont gardés pour faire des cotelettes, des ‘panenky’ (steaks de porc) et autres plats de ‘vepřove’ (porc).

Avoir les tripes bien attachées

Comme vous l’aurez compris, tuer le cochon, c’est une expérience dont on ne ressort pas intact.  J’avoue que tous les plats étaient délicieux mais que depuis, je mange beaucoup moins de porc.  Il faut avoir l’estomac bien accroché pour assister à une zabijacka et être prêt à supporter le travail intense que cela demande (deux jours à douze).  Voilà, maintenant que je vous en ai parlé, je ne vous conseille donc pas forcément cette expérience culturelle…

Bon app toutefois aux viandovores!

Tom, expat pragois

Je dois avouer que d’écrire à propos de la Staropramen en premier dans notre thèmatique brassicole était un peu biaisé.  Car la première bière tchèque, la plus connue en Tchéquie mais aussi dans le Monde entier, c’est la Pilsner Urquell, “Plzeňský Prazdroj”.  

biere-pilsner.jpgElle détient définitivement la plus grande part de marché local et chaque tchèque, à tort par fierté ou à raison par goût, vous dira que c’est la meilleure.  Par extension, on peut donc avancer que c’est une des meilleures bières au Monde.

Elle vient de la ville de Plzen à 80 km à l’Ouest de Prague et qui est principalement connue pour sa brasserie.  

La source originelle

Si vous pensez à l’éthymologie du nom de Staropramen, la “vieille source”, le nom de la Plzeňský Prazdroj signifie la “source originelle de Plzen”.  Cela met l’accent sur un point essentiel dans le goût de la bière: l’eau.  C’est en portail-brasserie-plzen.jpgeffet un des élements qui avec le choix des ingrédients et la méthode de brassage donnent les caractéristiques des bières.  L’indice de dureté de l’eau de Plzen ne dépasse pas les 1.6 TH (°f) ce qui permet un meilleur mariage avec le malt.  

Le respect des traditions brassicoles tchèques et l’utilisation de produits locaux en font une pure bière tchèque (attention, ca rigole pas, c’est déposé auprès de et protégé par l’Union Européenne).

 

Une blonde tchèque froide comme on les aime

La Pilsner Urquell, dite de 12° locale contient 4.4% en volume d’alcool et doit se boire à 7°C.  On plaisante pas avec ca car chaude, notre belle blonde tchèque devient clairement désagréable à boire et amère .  Très houblonnée, elle ne plait filles-tcheques-froides.jpgd’ailleurs pas forcément à tous nos français en visite mais on s’y habitue très rapidement lorsqu’on s’expatrie en République Tchèque.

Il est conseillé de la tirer en laissant une mousse de 3.5 cm.  Ca rigole pas, ca j’vous l’répète tabarnak! C’est marrant de se servir une bière au pistolet et d’entendre les copains tchèques commenter sur cet art local: “bože, dej pozor na tu peňu!” (Mon dieu, fais gaffe à la mousse!).

 

Plus de 10 millions d’hectolitres produits chaque année

Créée en 1842, elle fait partie depuis 1999 du groupe sud africain SAB Miller, le deuxième plus grand groupe mondial de brasseries.  C’est plus de 10 millions d’hectolitres qui sont brassés chaque année et destinés pour 75% au marché tchèque.  

Pour ceux qui ne savent pas combien font un hectolitre, c’est tout de même 1 000 000 000 de litres de bière et pour 750 000 000 bus par nos sympathique pochtrons tchèques (et fier des racines de mes grands-parents, j’y participe activement). 

Tiens, ca fait tout bonnement un milliard et demi de pintes de Plzner descendues chaque année en République Tchèque…

 biere-tcheque-plsner-urquell.jpg

 

Des publicités jouant sur l’authenticité

Allez, je vous l’avais déjà, la Pilsner Urquell s’adresse à des consommateurs plus agés et fier de l’authenticité de la bière.

Voila une petite pub en exemple:

 

 

Dernière chose, cette bière est une telle référence dans le Monde, que le mot “Pils” désigne toutes les bières utilisant la même méthode de brassage.

 

Et hop, on change pas de mot final: Na zdravi, vole!

 

Par Tom, expat pragois

Ca fait quelques temps que je me dis qu’une des caractèristiques de la République Tchèque, c’est la bière et que je ne vous en parle pas assez, manquant tout un pan de culture locale.  Je vous disais déjà que Saint Venceslas était le patron des brasseurs et que les tchèques sont les premiers consommateurs au Monde (devant les allemands avec 132 litres par an et habitant…).

Je vais donc faire une petite série de post sur ce produit pétillant et mousseux et commence par Staropramen parceque c’est LA bière de Prague et que j’y ai pas mal de proches qui y travaillent (je la consomme aussi et pas toujours de manière modérée…).

staropramen-biere-tcheque-sacree.jpg

Staropramen, la vieille source

En tchèque, Staropramen pourrait se traduire par la “Vieille source” et pour le coup, c’est bien trouvé puisque c’est l’eau traitée de la Vltva qui sert à faire cette bière au gout de houblon prononcé et relativement gazeuse.  Brassée depuis 1869 (c’est marrant l’importance de l’âge d’une bière souvent pris pour une garantie d’authenticité…), c’est une vieille de la vieille.

Toutefois, vu qu’elle importe certains éléments, on la critique pour ne pas être une bière 100% locale.  

La version de base est en 10° (3-4% d’alcool) mais vous la trouverez aussi en 11° (“jedenacka” à 4.5%).

Les tchèques aiment donner un petit nom à chacune des bières.  Pour la Staro, c’est “Starač”starac-staropramen-biere-pragoise-prague-copie-1

 

 

Staropramen, deuxième brasserie de République Tchèque

Dans un monde où les brasseries s’achètent et se rachètent, le groupe Staropramen conserve la deuxième part de marché après Pilsner Urquell.  Récemment, c’est le groupe canadien Molson Coors qui a racheté Staropramen.  Cela ne changera pas grand chose puisque les dirigeants d’outre-Atlantique ne pense pas restructurer la société ou couper certaines bières.

Le groupe Staropramen produit et distribue d’autres bières sur le marché local:

  • Stella Artois – qui est produite sous licence et largement distribuée localement,
  • Branik – la bière économique,
  • Hooegarden – qui a gagné beaucoup de parts de marché dans les bières blanche,
  • Ostravar – inconnue à Prague mais appréciée en Moravie,
  • Hasahi – la bière japonaise est produite en République Tchèque mais pas distribuée (c’est bête, elle est bonne et originale),
  • Leffe – produite sous licence mais pas non plus distribuée localement,
  • Staro Grep ou Citron – une radler au goût de pamplemousse ou de citron,

 

 

Le logo a été changé un nombre de fois incalculable.  Toutefois, le dernier est un pari étonnant, le mettre à la verticale tel un blason.

logo-staropramen-derniere-version

Potrefena Husa, le restaurant thématique de Staropramen

Chaque grande bière a maintenant sa chaîne de restaurants à thème.  Pour la Staro, c’est Potrefena Husa, l'”Oie potrefena-husa-bar-restaurant-staropramen.jpggavée”.  Et vu le nombre grandissant d’enseigne PH, c’est que ca marche bien.  Ils y cuisinent tchèque avec un certain standard et je vous recommande d’en tester un.  Attention, les prix y sont plus élevés quand dans une hospoda (bar à bière).

 

Publicité Staropramen

Face à la Plzner qui joue sur le coté historique et authentique, Staro prend une position plus jeune et énergétique dans ses publicités locales.  Elle travaille sur l’aspect amitié des 25-35 ans.  Je vous mets celle ou les ex se battent dans une relative indifférence des gars présents.

 

 

 

A noter que Staropramen qui exporte beaucoup (par exemple en Angleterre où elle a gagné des parts majeures de marché), travaille beaucoup sur l’aspect véritable bière tchèque et aborde ces marchés étrangers de manière beaucoup plus classique.

 

Et pour finir, je vous donne mon petit avis personnel: la bière non filtrée Staropramen est une des meilleures, ou plutôt constante du marché.  N’hésitez pas à la gouter si vous avez l’occasion.

biere-tcheque-staropramen-non-filtree.jpg

Na Zdravi!

Thomas Bordier+