Category: News Prahoo

Helena Briard répond aux questions de Prahoo sur le programme de la liste Tous Ensemble, Unis et Solidaires, candidate aux élections des conseillers des français de l’étranger en Tchéquie.

Liste Tous Ensemble Unis et Solidaires
De gauche: Anne- Marie Palenicek, David Brochot, Helena Briard, Christian Lachenal, Marie-Caroline Janda

Pourquoi vous présentez-vous à cette élection des conseillers des Français de l’étranger ?

Je trouve l´institution des conseillers, avant appelés consulaires, comme un pas positif vers le renforcement de la représentation des Français qui vivent un peu partout dans le monde. Les sept dernières années de l´existence et activité des conseillers l´ont confirmé.

Pendant ces années on a acquis plus d´expérience pour pouvoir mieux exercer la mission du conseiller et on a décidé de se présenter de nouveau.

Vous avez occupé le poste de conseiller consulaire. Quel bilan en tirez-vous de votre mandat?

Le travail que j´ai fait a été très varié. On peut dire que le conseiller fait le pont entre la communauté française et l’ambassade mais aussi entre la communauté française et les sénateurs et députés français, élus pour représenter dans le parlement français les Français vivant à l´étranger. Je vis à Prague depuis plus de vingt ans et mes colistiers aussi. On connait donc bien les vrais problèmes des Français de l´étranger et on peut tout de suite les signaler aux hommes politiques qui peuvent les résoudre. On peut citer les problèmes causés par les nouvelles lois fiscales où par la dematérialisation des documents comme la déclaration d´impôts par ex.. Une grande quantité des personnes agées de plus de 80 ans n´a pas d´ordinateurs et ne sont pas capables de s´en servir. Un autre probléme a été le certificat de vie, ou l´imposition des Français vivant à l´étranger. Il y a de situations où il faut rappeller à l´Etat de residence – membre de l´Union européenne les règles de l´UE qu´ il doit respecter. Par ex.: lors de la vaccination contre covid-19 en Tchéquie les autorités ont failli de discriminer les professeurs des écoles internationales, y compris du Lycée français. On a signalé le probléme et au bout d´une semaine, grâce aux négociations diplomatiques et politiques, les professeurs français, eux aussi, ont pu être vaccinés.

En tant que conseillère j´ aidais les Français aussi dans leur vie quotidienne: la recherche de l´emploi ou du logement, trouver l´école convenable pour leurs enfants, démenager….Ceux qui ont perdu leur travail à cause de la pandémie ont eu besoin du conseil comment faire pour obtenir en Tchéquie l´allocation chômage. Les Français qui ont décidé de passer le reste de leur vie en Tchéquie on eu besoin d´aide quand ils ont demandé le permis de séjour permanent. Dans ces cas, parfois je donne des conseils, parfois je les accompagne, parfois je sers d´interprète.

Comme conseillère j´ai siègé aussi dans les commissions de bourses et j´ai veillé à ce que les bourses soient adjugées à ceux qui n´ont pas suffisamment de moyens pour payer les frais scolaires au Lycée français de Prague. J´ai siégé aussi dans la commission qui décide de l´aide sociale. Heureusement, en Tchéquie il y a peu de Français qui ont besoin d´une telle aide.

Un conseiller doit donc bien connaître les problèmes de la communauté française, bien connaître le travail des services diplomatiques et connaître aussi le mode de fonctionnement des autorités du pays de résidence. Ceci j´ai pu connaître parce que pendant 12 ans j´ai été élu membre du conseil communal d´un arrondissement de Prague et pendant quatre ans aussi du conseil municipal de Prague.

Que pensez-vous apporter pour les années qui viennent ?

Je voudrais d´un côté continuer d´aider ceux qui ont besoin d´aide et d´autre côté plus systématiquement communiquer les problèmes à nos sénateurs. Je voudrais aussi contribuer à ce que les Français de l´étranger ne soient pas discriminés par rapport aux citoyens des pays où ils vivent ni par rapport aux Français en France. En bref, je veux rester au service des Français en République tchèque pour pouvoir améliorer leur vie.

Quelle est votre vision de la communauté française en République tchèque ? Quelles sont, selon vous, leurs attentes ?

Le nombre de Français en République tchèque continue d´augmenter. Il y a de couples de retraités qui ont décidé de vivre en Tchéquie, il y a des jeunes qui espèrent y trouver du travail qui leur correspond, il y a des étudiants arrivés dans le cadre du programme Erasmus et il y a ceux qui ont épousé un Tchèque ou une Tchèque. Ils espèrent de pouvoir vivre une vie heureuse, sans problèmes. Comme tout le monde. Et quand ils rencontrent un probléme, ils attendent l´aide de l´ambassade, des services consulaires, des associations et biensûr de leurs conseillers consulaires. Et on veut tout faire pour les aider.

Vous aurez à vous prononcer pour l’élection des conseillers AFE et des sénateurs des français de l’étranger. Comment guiderez-vous vos choix et comment voyez-vous vos relations avec ces assemblées ?

Pendant les sept années de l´existence des conseillers consulaires j´ai eu d´excellentes relations avec les sénateurs Claudine Lepage, Hélène Conway-Mouret et Jean-Yves Leconte et jusqu´en 2017 aussi avec le deputé Pierre-Yves Le Borgne. S´ils se présentent aux prochaines élections, je voterai pour eux de nouveau, parce qu´il font un très bon travail.

palais buquoy ambassade france prague

Organiser une élection en temps de pandémie n’est pas chose facile. Quand cette élection est mondiale la difficulté est multipliée. Pourtant le gouvernement vient de publier le décret pour confirmer la date des élections des conseillers des français de l’étranger pour les 29 et 30 mai prochain. Ces élections, prévue en mai 2020 ont déjà été reportées à deux reprises mais cette fois, c’est confirmé, elles auront bien lieu.

Un rapport sénatorial émis le 16 décembre 2020 avait déjà fait le tour de la question et émis des recommandations pour faciliter la tenue de ces élections comme la multiplication des bureaux de vote ou le retour du vote par correspondance. Ces idées n’ont pas été retenues.

Le conseil scientifique, qui avoue ne pas connaître la situation à l’avance dans chaque pays a émis un avis favorable sur la tenue de ces élections sur la base de leur forte dématérialisation notant que « 1,2 millions de français sont inscrits sur Internet » (sic). Il s’agit en fait du nombre d’inscrit avec adresse mail et que tous ne peuvent voter par Internet (voir plus bas).

Pour élire les conseillers des français de Tchéquie, il y aura donc un donc possibilité de voter à l’urne et par Internet. Les procurations auraient dû être facilitées mais dans un pays qui limite les déplacements de ses résidents, le consulat a préféré annuler les tournées consulaires. Le gouvernement ayant assuré qu’il y aura (au moins) un bureau de vote par circonscription et pays. Nous sommes sûr que nous pourrons voter le 30 mai à l’Ambassade à Prague. Les locaux et leur disposition seront choisi pour limiter les contacts et permettre une aération régulière. Néanmoins, le gouvernement comme le consulat, incite les électeurs à se tourner vers le vote par Internet

Le vote anticipé par Internet aura lieu du 21 au 26 mai. Il sera ouvert aux personnes qui en auront bien renseigner leur numéro de mobile et leur adresse mail lors de leur inscription sur la liste électorale consulaire. Ils pourront ainsi recevoir les informations par mail et les codes de connexion par SMS.

Voici donc un rappel de ce qu’il convient de faire dès maintenant pour être sûr de pouvoir choisir ses conseillers en mai.

S’inscrire sur la liste électorale de Prague

Pour voter à cette élection, il faut être français résident en République tchèque et être inscrit sur la liste électorale consulaire de Prague. Il est possible de vérifier et de mettre à jour son inscription (nouveau mail, nouveau numéro de téléphone, changement d’adresse…) en ligne : 

Je vérifie ma situation électorale.

Si vous n’êtes pas présents sur la liste électorale de Prague il est possible de vous inscrire jusqu’au vendredi 23 avril 2021 (avant la fermeture du consulat).

Il est possible de s’inscrire uniquement sur la liste électorale mais il n’y a pas de formulaire en ligne pour cela et il faut donc prendre rendez-vous avec le consulat pour ce faire.

Si vous êtes inscrit sur le registre consulaire, il vous est par contre possible de mettre à jour votre situation électorale en ligne.

Le registre consulaire

Attention, la liste électorale de Prague n’est pas le registre consulaire où sont immatriculés les français de l’étranger pour faciliter leur démarches avec l’administration. Il est par exemple possible d’être inscrit sur le registre consulaire de Prague et sur une liste électorale d’une commune en France.

Si vous êtes inscrits sur le registre consulaire, il vous est possible de consulter et de mettre à jour votre situation électorale via un formulaire en ligne.

Je mets à jour les coordonnées.

Si vous n’êtes inscrit ni sur le registre, ni sur la liste électorale, vous pouvez faire d’une pierre deux coups en demandant l’inscription aux deux. La procédure ne nécessite pas de se déplacer à l’ambassade et peut être faite en ligne après avoir créé un compte sur service-public.fr.

Je m’inscris sur la liste électorale consulaire et au registre des Français à l’étranger.

Votre adresse mail

Dans la perspective d’une campagne et d’un scrutin dématérialisé pour cause de pandémie, il est peut-être préférable de vérifier l’adresse mail que vous avez renseigné à votre inscription et de la rectifier le cas échéant.

Les français vivant hors de France sont les seuls à devoir donner leur adresse mail (facultative) lors de l’inscription sur les listes électorales. Cela permet de recevoir les liens et identifiants pour participer au vote par Internet. La liste électorale étant publique, cela permet aussi aux élus et partis politiques de l’utiliser pour envoyer leurs messages.

L’adresse mail que vous donnez au consulat lors de votre inscription sur le registre n’est qu’un moyen de contact pour les services de l’Ambassade. Cette adresse peut être utilisée sur la liste électorale mais il est possible d’en donner une autre.

Ainsi, pour se prémunir des spams politiques, certains inscrits ont renseigné un mail farfelu mais ce faisant, ils se coupent de la possibilité de participer au vote par Internet. Il est pourtant possible d’éviter le spam en utilisant une adresse mail unique, puis en la filtrant comme l’explique cet article de 2017. Cette méthode isole vos messages dans votre boîte et vous permet de recevoir vos identifiants pour le vote par Internet.

Il n’est pas non plus recommandé de renseigner la même adresse mail pour tous les membres d’une famille. Cela empêche les autres membres de la famille d’avoir accès aux informations sur les élections et au vote par Internet et peut poser des problèmes de confidentialité.

Le vote à l’urne

Plusieurs raisons incitent à ne pas tout miser sur le vote par Internet. Beaucoup d’électeurs n’ont encore pas l’équipement ou la connaissance informatique requise. Il peut y avoir aussi la défiance devant un système peu transparent (défiance renforcée par le fait que la société sous-traitante était en redressement judiciaire en mai 2020) ou aussi la peur de laisser des traces de son choix sur l’ordinateur familial. Enfin, les tests grandeur nature ont laissé apparaître que plus de 10% des participants sont exclus du vote pour des raisons techniques diverses.

Pour toutes ces raisons le vote à l’urne doit être maintenu et même étendu si les limitations de déplacement l’imposent. Comme toute la campagne sera dématérialisée, ne vous attendez pas à recevoir les bulletins par la poste avec votre carte d’électeur. Là encore la propagande sera envoyée par courrier électronique et publiée sur un site dédié.

Les français de l’étranger n’ont pas de carte d’électeur mais cette dernière n’est pas nécessaire puisqu’une simple carte d’identité, passeport ou permis de conduire permet de vous identifier auprès du bureau de vote.

Le bureau de vote sera ouvert à l’ambassade le 30 mai de 8h à 18h.

Le vote par procuration

Si vous ne votez pas en personne, il vous faudra donner procuration à quelqu’un qui le fera à votre place. Cette personne devra être inscrite sur la liste électorale et se présenter au bureau de vote en votre nom. À cause des limitations de déplacement imposées par le gouvernement tchèque, le consulat n’a pas prévu de faire de tournée consulaire. L’établissement des procurations n’aura donc lieu qu’à Prague et ce, jusqu’à la dernière heure d’ouverture du consulat avant le scrutin (vendredi 28 mai). Vous pourrez établir cette procuration en remplissant le formulaire ad hoc et en vous présentant en personne au consulat ou dans un lieu habilité en France.

Un électeur mandataire ne peut pas détenir plus de trois procurations et une seule d’entre elles peut être établie en France.

L’utilité d’être bien inscrit sur les listes électorales n’est pas toujours évident pour qui ne suit assidûment pas la vie politique. Il est tout à fait normal et plutôt sain d’avoir d’autres (pré)occupations mais il faut veiller à ne pas se retrouver pris au dépourvu quand l’actualité nous donne envie de peser dans la vie locale. D’ailleurs pourquoi ne pas vérifier maintenant votre situation… le vendredi 23 avril, il sera trop tard.

Article par Alix

Photo Palais Buqoy: cc-by-sa Ludek

Il y a 7 ans, Prahoo vous présentait le rôle des nouveaux conseillers consulaires à élire pour six ans en mai 2014. Cette année nous allons élire leurs remplaçants, les conseillers des français de l’étranger le 30 mai 2021.

Source: https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/services-aux-francais/voter-a-l-etranger/les-differentes-elections/

Élus pour 6 ans, il y a 7 ans. Oui, vous avez bien lu, ce n’est pas une erreur, les élections auraient dû avoir lieu en mai 2020 mais elles ont été reportées pour cause de pandémie et le mandat des élus sortants a été prolongé d’autant par la loi loi n°2020-760 du 22 juin 2020 qui reportait aussi le second tour des municipales.

Autre changement que vous avez remarqué, les conseillers consulaires seront remplacés par des conseillers des français de l’étranger. La loi n° 2019-1461 du 27 décembre 2019 a modifié le nom de la fonction parce que le public avait tendance à penser que le conseiller consulaire était un fonctionnaire de l’État. Elle permet aussi aux conseillers de choisir le président du conseil en leur sein. Ce rôle était auparavant échu au consul qui reste néanmoins membre du conseil en tant que rapporteur général.

À part ces deux détails, la fonction de ces élus aux prérogatives limitées ne changent pas. Ils participent toujours deux fois par an aux conseils consulaires sous l’égide du chef de poste consulaire et délibèrent sur les sujets tels que l’aide sociale, la sécurité ou le développement économique. En République tchèque, l’ordre du jour des réunions n’ont jamais porté que sur l’action sociale et les bourses scolaires.

Les compte-rendus de réunion sont (en principe) rendus publics sur le site de l’Ambassade mais ils ne le sont plus depuis avril 2017 parce que depuis qu’Hugo travaille pour l’Institut Français, je ne sais plus qui appeler quand je découvre un bug sur le site de l’ambassade.

En plus de ces obligations, le conseiller des français de l’étranger est là pour faire le lien entre les français de Tchéquie et leur consulat. Ils répondent aussi souvent à des demandes d’aide administratives ou pratiques locales. Ils sont aussi amenés à représenter les français dans d’autres conseils comme le conseil du Lycée Français et sont invités aux réceptions de l’Ambassade pour manger des rochers en chocolat.

Mais surtout les conseillers des français de l’étranger sont des grands électeurs. D’abord les 442 conseillers et délégués éliront en leur sein 90 d’entre eux pour siéger à l’AFE qui représentera les français vivant hors de France auprès du gouvernement.

Ensuite, ils voteront pour élire les sénateurs des français de l’étranger.

La chambre haute française est renouvelée par moitié tous les trois ans au suffrage universel indirect. En métropole les circonscriptions sénatoriales correspondent aux départements et les grands électeurs n’ont à élire leur sénateurs que tous les six ans mais pour la circonscription des français de l’étranger, les sièges sont à renouveler par moitié mais le collège électoral est le même à chaque fois. Ainsi les conseillers des français de l’étranger doivent aller voter deux fois au cours de leur mandat. C’est cette particularité qui fait que beaucoup de partis s’intéressent maintenant aux français de l’étranger.

Les dernières élections sénatoriales ont eu lieu en juillet 2020, dans la foulée des municipales mais comme les élections des conseillers des français de l’étranger n’a pas pu avoir lieu en 2020, l’élection de leur sénateurs a elle aussi, été décalée à juin 2021.

Article préparé par Alix Guillard. Merci Alix!

Sources des images:

cc-by-sa Hynek Moravec pour la photo du palais Buquoy

Diplomatie.gouv.fr

Lireka, une rencontre entre “Lire” et “Eurêka”, c’est une belle histoire de passionnés de lecture qui veulent partager leur amour du livre avec les lecteurs du monde entier dont nous, expatriés.

Pour l’instant, c’est principalement un blog qui donne quotidiennement des actualités sur les sorties de livres francophones. Son équipe est composée de libraires passionnés basés à Paris, Prague, Grenoble et New York et elle vous propose des idées de lecture, des entretiens avec des auteurs et des critiques de livres dans toutes sortes de thématiques.

Le meilleur reste toutefois à venir car Lireka se transformera prochainement en une librairie en ligne qui offrira les millions de référence de livres en français avec un coût de livraison accessible pour les expats. J’ai hâte de pouvoir enfin commander mes livres sans avoir à passer par des places de marché aux frais prohibitifs pour nous en République tchèque. C’est certainement un des derniers produits qui nous semblent quasi inaccessible à Prague (après l’essentiel, bien sûr, la nourriture française que nous pouvons trouver aujourd’hui dans plein de petites boutiques spécialisées).

application de sortie de confinement

Pour faire face au COVID-19 de nombreux pays ont mis en place des applications technologiques pour aider les autorités à contenir le coronavirus sans forcer l’ensemble de la population au confinement. C’est le cas en République tchèque où le système a été nommé Chytrá karanténa, la quarantaine inteligente.

Karanténa est le nom utilisé par les tchèques pour parler du confinement mais aussi pour la quarantaine quand une personne est mise à l’isolement pendant deux semaines. Chytrá veut dire intelligent mais c’est aussi la traduction de l’anglais smart qui sert à qualifier beaucoup d’objets numériques du quotidien comme les ordiphones (chytré telephony) ou les montres connectées (chytré hodinky). Chytrá karanténa est donc un terme plus large et mieux approprié que sa traduction en français mais cela restera le titre de cet article.

Autre différence de taille avec la France, la quarantaine intelligente tchèque n’est pas une application mais un dispositif faisant appel à plusieurs outils technologiques. La solution française, présentée sous forme d’une seule application, StopCovid, monopolisant les débats sans qu’aucun parlementaire ni journaliste ne se préoccupe du dispositif sanitaire qui l’accompagne, ne montre pas les responsables sous un jour très sérieux.

La fin du confinement est souhaitable pour tous mais la prévention de la propagation du COVID-19 ne doit pas s’arrêter pour autant. Elle passe par la mise en quarantaine du plus grand nombre possible de porteurs potentiels du coronavirus. L’identification rapide des derniers contacts des malades identifiés est un moyen d’y parvenir. 

La méthode « quarantaine intelligente »

La quarantaine intelligente tchèque, telle que présentée sur le site du ministère de la santé tchèque n’a pas d’autre but. Le système offre une aide aux enquêteurs sanitaires (hygieník) dans leur quête d’identification des potentiels porteurs du coronavirus. Les enquêteurs sanitaires tchèques sont organisés par brigades régionales. Leur méthode est expliquée point par point sur le site du Ministère de la santé.

  • Une personne qui est testée positive est appelée chez elle par un enquėteur sanitaire afin d’identifier ensemble le plus grand nombre de ses contacts à risque sur les 5 derniers jours.
  • L’enquêteur demandera à la personne s’il peut utiliser une carte de ressouvenance (vzpomínková mapa) de ses déplacements, réalisée à partir de des données fournies par son opérateur mobile (pour la localisation par triangulation) et sa banque (pour les paiement par carte en magasin). L’enquêteur n’a pas accès direct aux données mais à la carte finale grâce à un logiciel développé par COVID19CZ, un collectif informel d’experts et de professionnels en technologie et de chercheurs tchèques.
  • Si la personne refuse, l’entretien se poursuivra sans la carte pour essayer d’identifier le plus de contacts possible par simples questions.
  • Quand tous les contacts potentiellement à risque sont identifiés, ils sont contactés via un centre d’appel spécial et mis en quarantaine dès que possible.
  • Dans les 4 à 5 jours suivants, une équipe de deux personnes rend visite aux gens en quarantaine pour prendre des prélèvements. Les prélèvement sont envoyés dans un laboratoire ayant la capacité de rendre ses résultats rapidement. Le délai idéal annoncé par le ministère est de 48 heures.
  • Si le test est positif, les personnes sont, elles aussi contactées par un enquêteur sanitaire qui suivra la même procédure.
  • En République tchèque la quarantaine est contrainte. S’y soustraire expose à une amende pouvant s’élever jusqu’à la somme délirante de 3 millions de couronnes (110.000 euros). Mais le ministère appelle avant tout à la responsabilité personnelle.
Source: MZCR

Cette procédure de base est celle explicitée sur le site du ministère de la santé tchèque. Mais les utilisateurs d’ordiphone peuvent aussi décider d’installer des applications pour archiver leurs déplacements et, ou tracer leurs contacts par bluetooth. Ces solutions sont aussi mise en avant dans le cadre de la quarantaine intelligente tchèque pour faciliter le travail des enquêteurs sanitaires.

eRouška, l’app contre le Covid 

La première solution est une option disponible sur l’application GPS tchèque Mapy.cz. Il est proposé aux utilisateurs d’archiver les données GPS de leurs déplacements et de le partager avec les enquêteurs si besoin. Mapy.cz est développé par Seznam, principal acteur de l’internet tchèque, participant aussi au groupe COVID19CZ. Cette solution gourmande en batterie est mentionné mais pas mise en avant par le ministère de la santé.

La seconde solution, bien plus promue, est un traceur de contacts par bluetooth. Si le ministère de la santé le promeut c’est bien sûr que cette application n’est réellement efficace que si une grande partie de la population l’installe et l’active. L’équivalent tchèque de StopCovid s’appelle eRouška qu’on pourrait traduire par eMasque mais il n’y a pas que le nom qui est différent.

Illustration du site erouska.cz

La première différence est qu’il est prêt et déjà disponible sur Google Play. Développé par le même groupe COVID19CZ, il a été présenté le 11 avril et testé par le rédac chef de Lupa.cz, le site d’information tchèque pour les geeks.

L’autre grande différence est que eRouška ne prétend pas ne pas traiter de données personnelles. Les utilisateurs fournissent leur numéro de téléphone comme identifiant et ce dernier peut être partagé avec un enquêteur sanitaire dans le cas malencontreux où le téléphone a croisé celui d’une personne testée positive au COVID-19.

Les données de contact enregistrés sont la date et l’heure du contact, son identifiant ainsi que la puissance du signal.

Ces données sont enregistrés sur le téléphone du porteur et ce dernier peut même l’éditer ou supprimer des entrées. Les suspicieux diront que c’est pour supprimer les contacts illégitimes mais ce peut être utile aussi pour supprimer les faux positifs si on oublie son téléphone dans un sac au vestiaire par exemple. Ces données ne sont partagées que si l’utilisateur le décide. L’app ne dit pas si les enquêteurs retiendront tous les identifiants des contacts mais le site du ministère de la santé indique que plus de 15 minutes à moins de 2 mètres est un cas typique de risque de contagion. Avec pour seule donnée la puissance du signal bluetooth l’incertitude reste grande. Une fois les identifiant retenus, seuls les enquêteurs assermentés peuvent avoir accès au numéro de téléphone pour joindre le contact. Selon les conditions de respect de la vie privée du site eRuška, les données envoyées ne sont conservées que le temps de leur traitement soit un maximum de 12 heures.

eRouška est disponible pour Androïd à partir de la version 5.0. Bien qu’annoncé prochainement disponible pour iOS depuis deux semaines, il n’est toujours pas disponible pour les téléphones avec une pomme au lancement de la quarantaine intelligente le 1er mai. La République tchèque se heurte sûrement au même non recevoir d’Apple qui refuse de rendre le bluetooth activable en permanence par une application. Même si les iPhones sont moins répandus en République tchèque, il est dommage pour une application qui vise à être adoptée le plus largement possible de se priver de 20% des ordiphones du pays.

Le site du ministère de la santé appelle donc à son adoption large en expliquant comment marche cette application et pourquoi il faut que tout le monde l’installe. Une page dédiée nous montre une jolie vidéo didactique mais pour le moment, Google Play affiche seulement 1500 téléchargements. 

Si eRouška n’a pas assez d’utilisateurs pour offrir des données crédibles, les enquêteurs ne retiendront pas ces données mais le dispositif de quarantaine intelligente reste valable. Chacun espère qu’il est dimensionné pour traiter tous les cas qui se présenteront afin de vraiment freiner la propagation de l’épidémie.

Des critiques de la solution tchèque

Tout comme une app pour mobiles, la quarantaine intelligente n’est pas la panacée, elle permet d’identifier les contacts plus rapidement mais ne fait rien contre les infections par les surfaces (poignées, rambardes, boutons d’ascenseur…). Il convient aussi de rappeler les règles d’hygiène (le port du masque devrait rester obligatoire en République tchèque) et les gestes-barrières. 

Les députés pirates, plutôt compétents en matière technologique, ont aussi émis quelques réserves lors du débat parlementaire sur la quarantaine intelligente. Le fait que le code source des solutions proposées par COVID19 ne soit pas disponible ne permet pas de vérifier que les logiciels utilisées font vraiment ce qu’ils prétendent. C’est notamment important pour ce qui concerne le traitement et la conservation des données personnelles.

Ces députés en en outre demandé un meilleur contrôle de cette solution. Elle a déjà auditée par Price Waterhouse Cooper mais ils ont demandé un avis de l’ÚOOZ (La CNIL tchèque) qui n’a pour l’instant pas été rendu.

Les députés pirates ont approuvé le projet parce qu’il nécessite le consentement éclairé des utilisateurs avant utilisation de leurs données personnelles. Il respecte donc le RGDP et la vie privée. Ce peut être aussi une faiblesse parce que ce consentement est obtenu par téléphone à l’annonce d’une nouvelle émotionnelle. On ne sait pas quel procédure s’assure que les enquêteurs expliquent bien aux personnes qu’elles ont la possibilité de refuser l’accès à leurs données. D’ailleurs le site d’information du ministère de la santé ne le fait pas.

Une autre critique que j’ai entendue porte sur la fourniture des logiciels au gouvernement. Le groupe COVID19 a offert les logiciels au gouvernement sans appel d’offre et tous deux ont communiqué sur le prix de 0 couronne mais aucun contrat n’a été publié. Il reste des inconnues sur l’infrastructure fournie par l’entreprise Keboola, la maintenance et les mises à jour inévitables. Dans un pays où la corruption fait souvent les gros titres il aurait été préférable de tout prévoir en transparence pour dissiper les doutes. Néanmoins, Keboola est déjà fournisseur du ministère de la santé pour la gestion des statistiques sanitaires. Il y a déjà un cadre relationel légal et la quarantaine intelligente peut être considéré comme un avenant à titre gratuit.

Conclusion sur les outils de sortie de confinement en Tchéquie

Les autres critiques ne sont plus lié à la quarantaine intelligente en elle même mais à la logistique autour du déconfinement qui a commencé progressivement en république tchèque. Les dates de reprise pour les différentes catégories de travailleurs et certaines mesures semblent un peu à l’avenant mais une chose est sûre, avec une progression du nombre de cas qui se stabilise la République tchèque est prête pour le déconfinement. 

Le confinement est une période pour préparer les services face à une épidémie qui n’est pas terminée. Le fait que la réponse tchèque mette les enquêteurs sanitaires au cœur de son système de lutte contre le COVID-19 est plutôt une bonne nouvelle puisque ce sont eux qui ont la charge de briser les chaînes de contagion. Toute aide technologique est bienvenue dans leur travail mais elle se doit de respecter les droits de chacun notamment le droit à la vie privée. Ce faisant l’appel à la responsabilité personnelle est plus crédible et susceptible d’être mieux respecté. C’est vrai pour le respect des mises en quarantaine tout comme le port du masque, l’installation d’applications de traçage, les gestes barrières et autre règles de distanciation physique. Si les enquêteurs sanitaires ont la charge de briser les chaînes de contagion ce sont nous tous qui avons le devoir de ne pas en créer.

Ajout du 7 mai : Depuis la publication de cet article, un des développeur du groupe COVID19.cz m’a apporté deux précisions importantes :

  • L’ÚOOZ a bien été saisie concernant l’application eRouška et elle a rendu un avis sous réserves. Les réserves ont d’ailleurs été levées en modifiant le serveur de stockage des numéros de téléphone des utilisateurs et en modifiant la page sur la protection des données personnelles.
  • Apple a autorisé l’application eRouška de contrôler le bluetooth des ordiphones iOS. Il est maintenant possible de l’installer depuis l’App Store. Selon ce développeur, la firme américaine devrait permettre à une application par pays de le faire. À ma connaissance, les tchèques sont les premiers.

Article invité par Alix (un grand merci pour ta contribution!)